Critique de livre: Le chemin de la ruine: Le plan secret des élites mondiales pour la prochaine crise financière par James Rickards

rickards-roadtoruin

Le chemin de la ruine: Le plan secret des élites mondiales pour la prochaine crise financière

par James Rickards

Critique de livre

Après trois excellents livres sur le système monétaire international et sur l’or, j’avais hâte de lire le nouveau livre de Jim Rickards, The Road to Ruin (Le chemin de la ruine). Dès l’introduction, il m’a captivé. Déjà à partir de son premier livre, Currency Wars (La guerre des devises), ce que j’ai le plus apprécié s’a été une attention rigoureuse de sa part au détail et son excellente analyse soutenue par des données et des faits. Dans l’introduction de son nouveau livre, il explique sa méthodologie lors de son analyse de l’économie, les marchés financiers et en particulier le système monétaire international. Issu d’une formation scientifique, avec une majorité de ma famille étant des ingénieurs et des médecins et moi-même physicien, j’ai aimé entendre un économiste qui nous rappelle les principes de base de la méthode scientifique qui a tellement été maltraités et abusés par les professionnels de la finance et de l’économie durant les quarante dernières années.

Jim Rickards m’a rappelé ma première rencontre avec la méthode scientifique il y a plus de cinquante ans, quand en cinquième année à l’âge de dix ans, j’ai étudié pour la première fois l’algèbre, la géométrie, la physique, la chimie et la biologie. La première chose qu’on nous a appris étant les principes de base de la méthode scientifique. Après l’école tout en allant à mon entrainement de water-polo, mon père me questionnait sur les principales étapes de la méthode scientifique. Les trois étapes étant: hypothèse, expérimentation et démonstration, puis conclusion et théorème. Si l’expérimentation niait l’hypothèse c’était le retour à la case de départ et la planche à dessin. Cette analyse rigoureuse est devenue évidente pour moi dans chacun des livres et articles de Jim Rickards. M Rickards outre la méthode scientifique décrit l’ensemble des méthodes analytiques qu’il utilise dans son travail de gestion des risques sur les marchés financiers. Il utilise un mélange de la théorie de la complexité, l’interférence causale, la psychologie du comportement et de la perspective historique. Il décrit chacune de ses méthodes dans son livre.

A l’université, au cours de mon programme de diplôme de physique j’ai dû étudier les systèmes complexes et j’ai découvert l’effet papillon que Jim Rickards mentionne dans son livre. Il a été découvert par Edward Lorenz, mathématicien, météorologiste et un pionnier de la théorie du chaos, et également connu sous le nom de l’effet Lorenz. L’effet papillon est une expression qui résume la notion plus technique de la dépendance sensible aux conditions initiales dans la théorie du chaos. De petites variations de l’état initial d’un système dynamique peut produire de grandes variations dans le comportement à long terme du système. L’expression renvoie à l’idée que les ailes d’un papillon peuvent créer de minuscules changements dans l’atmosphère qui peuvent en fin de compte modifier le parcours d’une tornade ou la retardé, d’accélérer ou même empêcher l’apparition d’une tornade à un certain endroit. Le battement des ailes représente un petit changement dans l’état initial du système, ce qui provoque une chaîne d’événements conduisant à des modifications à grande échelle des événements. Si le papillon n’avait pas battu ses ailes, la trajectoire du système aurait pu être très différente. Bien que le papillon ne provoque pas la tornade, le battement de ses ailes est une partie essentielle des conditions initiales qui en résultent dans une tornade. L’image du papillon inspire également l’idée populaire de la théorie du chaos, dans laquelle le battement des ailes d’un papillon peut en principe provoquer une tornade de l’autre côté du globe.

Le comportement du système dans son ensemble ne peut jamais être compris en additionnant mécaniquement l’ensemble de ses composants: tout comme une créature vivante est plus que la somme des cellules individuelles qui composent son corps, l’économie, le marché et la société sont plus que la somme des individus qui l’habitent. Les interactions souvent imprévisibles entre les individus conduisent à un certain type d’autorégulation dans le comportement du système dans son ensemble. Nous ne pouvons pas dire exactement où le système sera à tout moment, mais on peut souvent mettre des limites autour des espaces dans lesquels il va se déplacer.

Beaucoup de gens aujourd’hui dans la profession de la gestion de placements rejettent ou ignorent l’histoire dans leur abus et mauvaise utilisation des mathématiques et des ordinateurs avec des méthodes quantitatives à la fois technique et fondamentale. Jim Rickards nous rappelle l’importance de l’histoire en essayant de prédire l’issue future des marchés financiers et du système monétaire international, mais pas seulement l’histoire la plus récente. Il va aussi loin que 6000 ans. La théorie de la complexité est un guide pour l’avenir, dit-il, mais il n’y a pas de plus grand guide que l’histoire et je suis d’accord.

Jim Rickards raconte une conversation dans un palais italien de la famille Collona à Rome construit à l’origine en 1200. Quand il a demandé comment une famille peut garder sa richesse si longtemps la réponse a été “un tiers dans l’immobilier, un tiers dans l’art et un tiers en or … l’immobilier, l’art et l’or sont les choses qui durent ». C’est tellement vrai! A ma grande surprise après 50 ans de communisme grâce à mon père qui croyait dans ce principe, ma famille a récupéré des terres confisquées en 1944 et que je ne m’y attendais plus qu’ils soient jamais récupérés. En ce qui concerne la liquidité quelques pièces d’or bien cachés nous ont permis de commencer une nouvelle vie quand nous avons émigré à l’Ouest. L’argent papier était sans valeur.

colonna-palace

Le Palais Colonna

Deux événements récents sont décrits dans le livre qui ont presque fait s’effondre le système monétaire international et qui nous signalent que nous sommes beaucoup plus proche d’un effondrement majeur du système que nous le réalisons. Le premier de ces précurseurs “prémonitoires” d’un effondrement monétaire sont la crise du “Long-Term Capital Management (LTCM)” en 1998 et le second étant la récente crise financière de 2008 des “Credit Default Swaps (CDS)”, qui ont presque fait s’effondre le système monétaire international. Jim Rickards n’est pas le seul à nous avertir, il y a aussi les alertes des initiés au plus haut niveau comme le gouverneur sortant de la Banque du Canada et actuel gouverneur de la Banque d’Angleterre, qui a récemment parlé d’un moment Minsky du système monétaire international et l’ancien président de la réserve fédérale américaine qui a appelé le système monétaire actuel “incohérent” lors d’une récente conversation avec Jim Rickards en Corée du Sud.

L’économie mondiale a fait ce qui semble être un retour incroyable après la crise financière de 2008. Pourtant, ce retour est artificiel, dit Rickards. Il devient de plus en plus évident qu’il n’y a pas de retour. Les banques centrales ont soutenu les marchés en maintenant les taux d’intérêt bas et l’offre de la devise à flot. Les dirigeants du monde comprennent bien les risques éminents d’un effondrement et s’y préparent, dit Rickards.

g20

La réunion 2016 du G20 à Hangzhou, Chine

Dans Le chemin de la ruine, Jim Rickards montre comment les gouvernements du monde entier préparent secrètement une stratégie alternative pour la prochaine grande crise: un verrouillage. Au lieu d’imprimer de l’argent pour re-liquéfier les marchés et soutenir les actifs, les gouvernements se préparent à fermer les banques, fermer les marchés financiers et exiger des puissants gestionnaires d’actifs à ne pas vendre. Ils mettent en place des dispositions qui leur permettront de le faire légalement. La prochaine tentative de sauvetage viendra du G20 et le Fonds monétaire international (FMI). Le FMI est endetté d’environ 3 à 1 par rapport aux actifs et possède une presse d’impression de droits de tirage spéciaux (DTS). Le FMI donnera des DTS aux pays, mais ils ne seraient pas disponibles directement aux individus. Les pays peuvent ensuite échanger les DTS pour d’autres devises composants le panier des DTS et dépenser l’argent.

new-sdr-yuan

L’élite mondiale a déjà commencé à faire ses propres préparatifs, y compris d’accumuler des liquidités sous forme réelles, dit Rickards. L’or est de l’argent in extremis et est la monnaie universelle. Il est l’actif réel le plus liquide et commercialisable. L’ordre du jour de l’élite, selon Rickards, est d’accumuler de l’or et de substituer les DTS comme devise du commerce et de la finance mondiale. Il dit que les “DTS existe principalement pour fournir des liquidités provenant de nulle part quand il y a une crise de liquidité ou quand la confiance a été perdue dans d’autres formes d’argent. … Les DTS, et non pas le dollar, sera le point de référence, ou numéraire, pour le commerce et la finance mondiale. … et une propriété intéressante des DTS est qu’ils résolvent le dilemme de Triffin.”

Pendent que j’écrivais cet article, j’ai reçu une invitation du FMI pour répondre à une enquête sur l’utilisation des DTS comme unité de compte. Il m’a confirmé l’hypothèse de Jim Rickards que les gouvernements du monde entier se préparent et que les DTS en font partie de ce plan. Le FMI agit comme le secrétariat permanent du G20. Plusieurs documents des services du FMI ont été publiés récemment sur le rôle croissant des DTS dans le commerce et la finance mondiale.

Le chemin de la ruine est un excellent livre sur le système monétaire international, son effondrement et comment les gouvernements du monde se préparent pour cela. Il est à lire absolument. D’après ce que j’ai appris le livre sera aussi traduit en français.

Advertisements