Le pool d’or de Zürich

Zurich

Peu de gens savent que Zürich est devenu le centre mondial du marché de l’or en 1968 quand le pool d’or de Londres s’est effondré et que le marché de l’or de Londres est resté fermé pendant deux semaines, alors que les marchés dans d’autres pays ont continué à transiger avec la continuation de l’augmentation du prix de l’or.

Le pool d’or de Zürich a été fondée en 1968 par les plus grandes banques suisses. La mise en place a été déclenchée par la fermeture temporaire du marché de l’or de Londres qui a marqué l’effondrement du pool d’or de Londres un système crée pour soutenir l’accord de Bretton Woods de convertibilité de devises à taux fixe et la défense d’un prix de l’or de 35 dollars américains par once par des interventions sur le marché de Londres. En réaction à la fermeture temporaire du marché de l’or de Londres en mars 1968 et l’instabilité résultant des marchés de l’or et les systèmes financiers en général, les banques suisses ont agi immédiatement pour minimiser les effets sur le système bancaire suisse et de sa monnaie en établissant un organisme privé de courtage de l’or, le pool d’or de Zürich, qui a aidé à consacré Zürich comme un lieu majeur de négociation de l’or.

Les conséquences de l’effondrement du pool d’or de Londres des banques centrales, telles que la fermeture du marché de l’or de Londres, ont provoqué une instabilité importante dans le négoce et l’évaluation de l’or. Sans un marché, les producteurs d’or sud-africains ont cherché des partenaires commerciaux alternatifs. La faiblesse accompagnée de la livre sterling a mis fin à la domination mondiale de Londres comme le principal marché de lingots d’or. Les banques suisses ont agi immédiatement pour minimiser les effets sur le système bancaire suisse et sa monnaie. Par des accords informels entre Union de Banques Suisses, la Société de Banque Suisse et le Crédit Suisse, ces banques ont établi un accord commercial de courtage de l’or, le pool d’or de Zürich de banques privées. Le fonctionnement technique du pool a été basée sur la collaboration de ses trois banques membres: Union de Banques Suisses, Société de Banque Suisse et Crédit Suisse.

SwissBanksGold

Chaque banque a fourni un investissement initial de 5 tonnes d’or, calculées au prix minimum de 35 dollars américains par once. Le pool, en particulier l’Union de Banques Suisses, est immédiatement devenu le principal partenaire financier des fournisseurs sud-africains. N’ayant pas accès à un stock d’or national autochtone, le marché de l’or suisse de Zürich a développé et maintenu une position dominante dans le négoce de lingots d’or en offrant des services bancaires spécialisés et des comptes fondés sur les lois sur le secret bancaire du pays pour des opérations bancaires. Durant les premières semaines après la création du pool d’or de Zürich, la liquidation partielle des réserves d’or considérables, accumulées par les spéculateurs privés dans la période extrêmement tendue entre Novembre 1967 et la création du marché à deux vitesses en Mars 1968, a alimenté le marché de Zürich. Jusqu’à la crise de l’or de 1968, près de 80% de tout l’or nouvellement extrait était transigé à Londres cependant, à partir des années 70, Zürich est devenu la place majeure du négoce de l’or en négociant environ 70% de la production totale mondiale de l’or.

Mis à part le climat politique, la place financière suisse avait plusieurs avantages par rapport à ses concurrents. Il y avait un bon système bancaire, la monnaie était totalement libre et convertible, la propriété privée de l’or n’a pas été soumise à aucune restriction et était complètement anonyme, les importations et les exportations étaient non réglementée, les taux d’intérêt étaient faibles, et depuis 1954 les transactions d’or étaient fiscalement exempter. En outre, chaque banque avait sa propre maison d’affinage d’or. Les grandes banques suisses ont également eu un autre avantage sur leurs concurrents britanniques. Le règlement exécutoire d’août 1961 de la loi suisse de 1934 sur les banques et les caisses d’épargne a permis aux membres du pool d’or de Zürich, contrairement à leurs homologues britanniques, d’enregistrer leurs réserves d’or comme des actifs liquides sur leurs bilans. De 1968-1990 la Suisse est devenue le plus grand centre de stockage au monde pour l’or nouvellement extrait, ainsi que le plus grand stock d’or nouvellement extrait, important environ deux tiers de la nouvelle offre d’or du monde.

Aujourd’hui encore, deux tiers de l’or du monde passe par la Suisse et, dans une année moyenne, la Suisse affine grossièrement 70% de l’or du monde. Six des raffineurs d’or sur la liste de bonne livraison LBMA représentent 90% du volume global, et quatre d’entre eux sont en Suisse. Les Suisses ont une réputation d’excellence dans le raffinage d’or. Cela a conduit la Suisse à devenir la plaque tournante du raffinage d’or, avec près de 70% de l’or du monde transitant à travers le pays. Les sociétés minières et les recycleurs d’or exportent vers la Suisse, où l’or est purifié aux plus hauts niveaux (0,9999 ou même 0,99999). Il est ensuite exporté dans le monde entier à des bijoutiers, des investisseurs ou des banques centrales.

Les plus grandes raffineries d’or bar capacité (tonnes par année)

Global-Refinery-Capacity-V4

Jusqu’en 1992, la couverture du franc suisse avec de l’or était de 40% et été écrite dans la constitution du pays. Lorsque la Suisse est devenue membre du Fonds monétaire international (FMI) elle a dû abandonner cette couverture en or. La Banque des règlements internationaux (BRI), le banquier des banques centrales, est toujours basée à Bâle. Presque tous les transactions sur l’or des banques centrales sont effectuées par la BRI dans la plus grande discrétion. Le siège du Conseil mondial de l’or (World Gold Council), un groupe de marketing pour l’industrie minière de l’or, était à Zürich avant de déménager à Londres. Genève, où les plus importantes ventes aux enchères de bijoux ont lieu, est également le centre mondial pour les bijoux et l’horlogerie depuis de nombreuses années. Au cours des dix dernières années, plusieurs sociétés spécialisées dans le stockage d’or pour les entreprises et les particuliers, en dehors du système bancaire, ont été créés en Suisse. La Suisse a été et est toujours, la place où une grande quantité d’or privée est entreposée.

Réserves officielles d’or de la Suisse (tonnes) depuis 1885

Swiss Gold Reserves 2

Dans une période de crise monétaire comme aujourd’hui la fortune cherche un refuge et la Suisse est toujours l’endroit idéal. Comme vous pouvez l’observer dans le tableau ci-dessous des importations et exportations d’or, quand il y a une crise monétaire mondiale, l’or est exporté vers la Suisse, mais il n’est pas réexporté de la Suisse. Dans les périodes géopolitiques et monétaires calme presque tout l’or importé en Suisse pour être raffiné est exporté.

Les importations et exportations d’or de la Suisse

SwissGold ImEx

Quelle est la signification de tout cela aujourd’hui? Nous avons eu l’année dernière un référendum infructueux pour accroître les réserves officielles d’or suisse, mais avec les conservateurs de retours comme majorité au parlement nous pouvons nous attendre à d’autres initiatives en faveur de l’or. Le franc suisse reste la meilleure des mauvaises devises fiduciaires et ça parce que les Suisses sont conservateurs dans la gestion des finances publiques. Même avec des taux d’intérêt négatifs les étrangers préfèrent le franc suisse parmi toutes les monnaies fiduciaires.

La Chine est devenue président du G20 en 2016 et depuis le début elle a indiqué comme une priorité la remise à jour du système monétaire international. Elle a également acheté de grandes quantités d’or pour ses réserves de devises étrangères. L’or, d’une certaine manière, fait partie de leur stratégie pour le renouvellement du système monétaire international. La Chine a mis en place en 2016 un groupe de travail dirigé par la Corée du Sud et la France pour élaborer des propositions, y compris sur les moyens de renforcer le rôle de l’unité de réserve (DTS) du Fonds monétaire international qui va inclure le yuan chinois à partir d’octobre 2016. La Chine a également invité la Suisse lors des prochaines réunions du G20 en 2016. Le ministre des finances suisse Eveline Widmer-Schlumpf a reçu une invitation pour la Suisse pour rejoindre le groupe finance du G20 de son homologue chinois, Lou Jiwei selon swissinfo.ch. Après sa participation initiale en 2013, la Suisse en 2016 participe de nouveau aux réunions du G20 des ministres des finances et gouverneurs des banques centrales.

Ce pourrait-il que l’expérience de la Suisse dans le domaine de l’or et l’importance que donne la Chine à l’or en tant que réserves internationale a encouragé la Chine à inviter la Suisse? Je le crois. Comme avec l’effondrement du pool d’or de Londres les entreprises privées suisses à nouveau pourraient jouer un rôle majeur dans la prochaine course mondiale vers l’or. Je ne crois pas que cette fois ci se sera les grandes banques suisses (maintenant deux: Crédit Suisse, Union de Banques Suisses), qui sont aujourd’hui au cœur du problème financier mondial, mais plutôt les professionnels de la gestion de fortune et les sociétés privées de dépôt d’or qui ont été créés ces dernières années. L’attitude envers l’or de la Banque nationale suisse (BNS) a été au cours des dernières années, influencé beaucoup par l’idéologie américaine anti-or. Cette attitude pourrait-elle être renverser sous la pression populaire? Bien sûr qu’elle le peut. La BNS l’a déjà fait avec le peg du franc suisse à l’euro en février 2016.

J’’espère que je vous ai montré que la Suisse a une expertise dans tous les aspects du secteur or et peut en profiter comme elle l’a déjà fait à la fin des années 60 quand elle a créé le pool privé de l’or de Zürich et juste avant l’effondrement du pool de l’or de Londres des banques centrales. Je suis sûr que la Suisse peut le faire de nouveau sous une forme ou une autre si elle le désire.

Le marché de l’or physique est très opaque et les Suisses sont en plus très secret, mais il y a beaucoup d’or en Suisse et la demande d’or augmente à l’échelle mondiale. Un changement d’attitude dans le milieu académique en vers l’or peut commencer une course vers l’or. Dans un article récent l’économiste bien connu Kenneth Rogoff a même encouragé les banques centrales des pays en voie de développement et en particulier la Chine de vendre des bons du Trésor américains et acheter de l’or à un minimum de 10% de leurs réserves internationales. En outre, de plus en plus les gestionnaires de fonds de pension parlent ouvertement et positivement de l’or et en achètent même.

“La Suisse est pour l’or ce que Bordeaux est au vin”, Gilles Labarthe, journaliste suisse et ethnologue.

“On dit que les Suisses aiment seulement l’argent … ce n’est pas vrai. Ils aiment aussi l’or.” Anonyme

 

Annexe de graphiques:

Réserves officielles d’or (tonnes), Juillet 2016

GoldOfficialTonnes

L’or en pourcentage des réserves totales de devises étrangères (Juillet 2016)

GoldForex%

L’or en pourcentage des réserves totales de devises étrangères de l’Union européenne vs la Suisse depuis 2000

GoldForex CHEU

Réserves officielles d’or en pourcentage du PIB (2015)

GoldGDP

Réserves officielles d’or par capita (grammes/capita) 2015

GoldPerCapita

Dette publique en pourcentage du PIB (2015)

DebtGDP

 

Advertisements